A 20 mètres de l’océan, j’arrive au lieu de mon rendez-vous du jour. Un surf shop/école/repère de glisseurs, pas de doute, je suis bien devant chez Rod’s, Rodolphe Scheel de son vrai nom, Shaper Carcanais depuis plus de 20 ans.

Chape quoi ? Shaper ! Issu de l’anglais « shape » qui signifie « forme », ce métier méconnu consiste à penser et créer des planches de surf, sur mesure, pour une glisse optimale et personnalisée. Si vous êtes des adeptes du «comment ça marche» ou simplement curieux de découvrir la genèse d’une session glisse, voici les étapes de fabrication d’une « board », enfin d’une planche ;) 

La commande 

Tout commence par la demande d'un client. En rendez-vous, par mail, téléphone ou skype, tout est possible. Il vaut mieux être connecté car Rod’s fait des vagues à l’international. L’entretien repose majoritairement sur des questions très techniques comme le poids et la taille du client, sa pratique du surf, la taille et la forme de la planche souhaitée … Mais la recherche d’esthétique compte tout autant. 

C’est donc à ce moment également que sont abordés le revêtement souhaité et le dessin à apposer. Il faut donc impérativement être attentif aux désirs des surfeurs et aux évolutions de ce sport de plus en plus pratiqué. 

Mais par-dessus tout, il est indispensable de connaître les termes techniques qui sont tous en anglais !  Même les cotations des planches sont en pieds et pouces…Un bon shaper doit donc maîtriser aussi bien les vagues que la langue de Shakespeare.

Le shape

L’ordinateur devient le partenaire idéal et fait naître, lors de cette étape cruciale, un modèle en 3D. Cela permet notamment de tester différentes options de formes. Rodolphe peut ensuite tailler la forme de la planche dans un pain de mousse polyuréthane. C’est à ce moment précis que l’expérience joue ! 

Il faut dégrossir, raboter, poncer ce bloc brut de mousse au coeur de bois, afin d’obtenir la forme finale de la planche et notamment pour les arrières et avant avec des gestes lents et réfléchis. Ce travail manuel demande beaucoup de pratique et un feeling particulier avec la matière. Rodolphe aime d’ailleurs travailler avec des gabarits qu’il s’est bricolé tout seul. Ces outils propres à chaque shaper permettent alors de mesurer la longueur et la largeur pour dessiner les « outlines ». Oui les contours en fait … Je vous avais prévenu le monde du surf a son jargon.

C’est presque un travail de menuisier, de sculpteur même. Mais attention, la création nécessite quelques mesures de sécurité ! Lunettes, masque et combinaison sont recommandés.

Le glaçage

Une fois la forme terminée, il faut y appliquer différents mélanges de fibre de verre et de résine, et là, chaque shaper a sa petite recette. Ou devrais-je dire chaque glaceur ! Car en effet cette étape, variant en fonction des spécifications techniques et désirs du client, relève d’un nouveau corps de métier tout aussi artistique. Il faut compter environ trois jours, entrecoupés de longues heures de séchage, pour arriver au résultat final. Ce travail, Rodolphe a d’ailleurs décidé de ne plus le faire. Un carnet de commande bien rempli, un atelier de taille réduite et un partenariat local ont en effet motivé son choix. Et quand on voit le résultat on comprend que cette association de « créateurs » plaise autant ! 

Mais ce n’est pas terminé ! Une fois glacée, retour à l’envoyeur et c’est chez Rod’s que se fait la finition de la planche.

 

Le ponçage et la Rod’s touch 

Pour parachever le travail, il faut de nouveau poncer la planche à sec à l’aide d’une lustreuse. Il faut de nouveau être habile de ses mains et avoir l'oeil pour terminer le travail et faire naître une planche sans défauts. Une dernière décoration pourra ensuite être réalisée au posca, à la main, au grè des envies des futurs surfeurs. Du dessin sur ordinateur à la finition de la planche, il faut compter maximum un mois.

Et des planches, Rodolphe en crée de 100 à 150 par an ! 

Les petits plus de Rod’s

En dehors du travail de shape, Rod’s fait aussi beaucoup de réparations et parfois même dès l’arrivée des surfeurs, qui voient leurs planches souffrir pendant le voyage. Et avec Rodolphe la boucle est bouclée ! Propriétaire de l’école de surf adjacente, il constate tous les ans l’arrivée des débutants venant prendre leurs premiers cours. Puis ils reviennent en perfectionnement avec l’accompagnement vidéo l’année d’après et ils finissent par commander leur planche dans les années qui suivent…

Mais on trouve aussi un surf shop avec un grand choix d'accessoires et de combinaisons de marques. Du matériel accessible pour débutants au plus technique pour les puristes, il y en a pour tous les gouts !

 

Le surf aujourd’hui selon Rodolphe

" Avant, on ne voyait aucun débutant en hiver, le surf n’était qu’un hobby pas très répandu. Mais maintenant, la mer est de plus en plus accessible. Alors oui, il y a de la concurrence pour prendre les meilleures vagues de Médoc Atlantique mais on en trouve pas partout d'aussi belles, dans un cadre paradisiaque et aussi accessible. Il faut garder un esprit bon enfant et partager ;) "

 

La commande la plus farfelue ? 

Des dessins inattendus parfois, mais dernièrement c’est un Père Noël surfeur qui à crée la surprise en demandant une planche en bois pour en faire une tête de lit à son fils passionné de glisse. 

Rod’s, finalement, c’est le passionné qui fait naître des passions… Et je me dis qu’un jour, je finirai par monter sur une planche ! Une Rod’s qui sait ?