Le 2 juillet dernier c’était la journée mondiale du naturisme !

Une occasion rêvée pour Stéphanie, responsable relation client au CHM, d’inviter une novice. Et vous l’aurez compris c’est tombé sur moi ! Au départ j’étais un peu intriguée à l’idée d’être nue au milieu d’autres gens, eux aussi tout nus... Puis, en discutant avec mes proches, je me suis dit allez on a qu’une vie ! Je ne voudrais pas louper une superbe expérience. Parce que, quand on y pense, on a tous des petits souvenirs de nudité, assumée ou en cachette, qui nous ont fait découvrir une délicieuse sensation de liberté.

En France, première destination naturiste mondiale, 4 millions de pratiquants prennent le temps de vivre nus en communion avec la nature et visiblement 11 millions de français seraient prêts à tenter l’expérience…  Quand on a la chance d’avoir deux des plus gros centres naturistes de France à proximité, dont le plus vieux, et bien il faut se faire une raison… Si le naturisme à de plus en plus d’adeptes, alors pourquoi pas moi ? Bon malheureusement la météo du 2 juillet en a décidé autrement et a repoussé ma découverte. Qu’à cela ne tienne, j’y suis allée deux semaines plus tard, incognito.

Me voici donc en route vers Montalivet-les-bains par la corniche. Une immense forêt de pins abrite mobiles home, cabanes en bois, tentes puis vient le parking, bondé dès 11h.  L’appréhension monte, je suis habillée, que faire ? Je me présente à l’accueil où Stéphanie me retrouve avec le kit de la parfaite naturiste : petit sac de plage, fouta aux couleurs du Centre Héliomarin de Montalivet, documentation de bienvenue, je suis fin prête. Enfin …

Unique débutante du jour, Stéphanie me propose une découverte du centre en voiturette. Le temps est gris il fait frais je reste donc habillée. D’ailleurs Stéphanie aussi, mais pourquoi ? Effectivement s’il y a bien une précision à faire c’est celle-ci : naturisme ne veut pas dire nudisme ! Le naturisme c’est assumer son corps, le libérer et lui faire profiter des bienfaits de la nature. La nudité n’est que la résultante du partage qu’est le naturisme. Du coup, pas de guéguerre textiles/naturistes. Et je le remarque très vite ! Aucun regard curieux ou intrigué ne se pose sur nous lors de notre petite tournée. Au contraire au CHM le gens ont une pèche d’enfer et des sourires follement contagieux.

Les cigales chantent, le vent souffle dans les pins ça sent bon l’eucalyptus et le barbecue qui chauffe… A peine une heure après mon arrivée j’ai déjà l’impression de faire partie de cette magnifique communion avec la nature et je commence à apprécier ses bienfaits sans avoir dévoilé un centimètre de peau. 

Seul véhicule motorisé, puisque les voitures sont déconseillées et que tout le monde préfère circuler à vélo, notre voiturette fait étape devant un petit chalet en bois blanc et rouge. Véritable sanctuaire cette habitation d’époque est une étape essentielle dans la découverte du naturisme. Nous voici devant l’un des premiers chalets du Centre Héliomarin, celui de monsieur et madame Lecocq créateurs des lieux.  Les murs sont tapissés de coupures de presse, des revues vintage sont à disposition, et la déco me plonge dans les 60’s. On apprend ici à découvrir les motivations principales des Lecocq, véritables visionnaires et artisans du naturisme.

Après ce retour dans l’histoire du lieu, le ventre commence à gargouiller et la faim s’installe. Hop nous repartons en voiturette faire un tour. Et ce qui me frappe c’est l’immensité du lieu et son calme. Il règne ici une atmosphère tellement paisible et malgré une météo capricieuse les personnes que l’on croise ont un sourire à s’en décrocher les mâchoires ! Stéphanie m’explique que le CHM c’est aussi le point de rendez-vous des familles. Quatre générations de naturistes se retrouvent dans un esprit de fraternité et pour le plus grand bonheur des enfants. On en croise à chaque virage, en bande, tels des robinson Crusoé sur leur île de 200 hectares.

Nous voilà arrivées aux abords des commerces. Plus qu’un camping le CHM est un village, on trouve tout sur place ! Vingt-six commerces, trois superettes, un boulanger, un coiffeur, une maison de la presse, un bar de nuit à l’ambiance survoltée tout ici permet de profiter, dans le plus simple appareil si on le souhaite, d’une convivialité sans borne. Dans cette ville de plein air se trouvent aussi un village artisanal ou l’on peut découvrir entre autres la mosaïque, la gravure sur verre, la peinture ou la sculpture le tout accompagné d’étudiants en arts plastiques et de professionnels eux aussi adeptes du naturisme. Et puis il y a le sport, toujours à l’honneur avec des infrastructures à disposition de chacun. Un terrain de football où se regroupent les adolescents, six terrains de tennis, des terrains de basket, de handball, de beach-volley, une salle de musculation, un bassin de natation, un pas de tir à l'arc mais aussi un boulodrome géant pouvant accueillir jusqu’à 300 joueurs ! Si ça ce n’est pas de la convivialité !

 

Dans ce petit tour des commerces je rencontre Georges et Christine, les médiateurs et mascottes des lieux, qui sont là pour donner les bons codes aux néo-naturistes.

Annick me confirme alors qu’« Ici il n’y a pas de mode, pas de tenue urbaine, on est tous pareil ! Il n’y a que la couleur du paréo qui change. Le naturisme c’est d’abord de la tolérance, du partage et de la fraternité. » Et Georges de confier :

« En fait le CHM c’est une micro-société, pas le pays des bisounours mais on s’en approche »

Et effectivement il m’a fallu peu de temps pour comprendre que la pratique de la nudité en commun facilite les échanges et gomme les origines sociales. Mais toutes ces rencontres ça creuse ! Alors on file déjeuner au Bistrot Gourmand, vraiment très gourmand ! Le temps de papoter de nos vies, du CHM, de la nudité, je me rends compte à 13H30 que je n’ai toujours pas croisé une seule personne entièrement nue… 

Le temps se gâte donc nous terminons vite nos succulentes salades pour filer voir la plage avant l’orage. Là encore je retrouve ce charme un peu « baba cool ». Cabane en bois, bar à jus à la déco tendance, il a beau faire gris c’est une explosion de couleurs ! Et toujours ces sourires… Nous montons saluer les maitres-nageurs qui, du haut de leur mirador, ont une vue imprenable sur l’océan. Mais d’ailleurs ça se passe comment à la plage quand il fait beau ? Elle est accessible à tous mais il faut y être nu ! Ce n’est pas dans l’esprit du CHM de mettre des barrières et de se parquer au contraire mais il faut, en échange, respecter les naturistes et laisser tomber le carcan textile si commun… Vous l’aurez compris je suis déjà convaincue et pourtant je n’ai pas encore ôté mes vêtements. En fait c’est ça le naturisme. C’est dans la tête. 

Stéphanie me propose d’aller nous réchauffer aux thermes et là, à priori, plus possible pour moi de me défiler. Arrivées aux vestiaires c’est le moment… Je me rends compte que bêtement et machinalement j’ai enfilé ce matin un maillot de bain sous mes vêtements… Mais là, on n’est pas à la piscine Camille ! il faut aussi enlever le maillot ! Ni une ni deux je m’exécute sans réfléchir et je fonce au sauna.  Je bénis un peu la pénombre quand même… Mais on se laisse très vite aller ! L’endroit se prête déjà à l’apaisement mais il y a un truc en plus. Et puis surtout aucun regard ne se pose sur moi. Et oui je suis nue youhouuu ! Effectivement rien ne laisse supposer que c’est ma première fois et quand bien même pourquoi me regarder ? Voilà un nouveau point positif au naturisme, s’assumer ! Les échanges de regard ne sont pas grivois bien au contraire ils traduisent un bien être partagé.

En fait être nu, c'est être libre... la peau respire, on n'a pas un maillot de bain tout mouillé qui colle et qu'il faut sans arrêt remettre par souci du faux pli et du détail. Et puis se baigner nu c'est quand même le pied ! 

Etre nu c’est s’accepter tel que l’on est. Le naturisme c’est le respect de soi, le respect des autres et de la nature, la tolérance… Si je devais retenir quelque chose de cette superbe journée, c’est que le naturisme est une vraie philosophie de vie. Loin des clichés, véhiculés par du nudisme plus libéré, le naturisme implique de vivre simplement.  L’essentiel est dehors et la notion de collectif prédomine.

Le bilan de cette journée ? J'en ai eu mal aux joues pendant deux jours à force de sourire ! Je suis repartie du CHM le corps léger et reposé mais toujours marqué par des traces de maillots de bain. C'est sûr dès que je le pourrai j'irai dire bonjour au soleil dans le plus simple appareil et évidemment au CHM !