Un navire de pierre immobile... Un bateau de granit qui ne tangue pas... A bord d'un phare on ne rejoint jamais aucun port.

Chaboute

Les phares, gardiens des côtes et porteurs des feux qui guident les marins sont des vestiges intriguants qui peuplent la littérature et alimentent les légendes de la mer. Tantôt paradis, enfer ou purgatoire, selon leur géographie (plus ou moins en mer), ils font partie de notre patrimoine et rassurent le marin. A la vue de ces monuments on sait que la terre n'est jamais très loin.

Embarquement immédiat !

A l'entrée de l'estuaire de la Gironde, Cordouan, que l'on nomme le paradis des enfers*, se laisse aborder à marée basse après 45 minutes de bateau au départ du Verdon. L'escapade prend des airs d'aventure. On attend que la mer se retire suffisamment pour poser le pied à terre et arpenter le banc de sable qui entoure la petite île où a été construit le monument. Il faut connaître comme sa poche les hauts fonds et savoir manier son bateau avec habileté afin d'accéder au phare. Plus d'un s'y sont laissés prendre, n'ayant d'autre choix que d'attendre de nouveau la marée haute pour repartir.

Difficilement accessible, cet îlot a très vite été un point de repère pour les navigateurs où les ermites allumaient des feux afin de guider les bateaux. Ils avaient également coutume de prier pour les malheureux qui s'engageaient dans l'embouchure, dont le surnom était le cimetière marin. 

 

Lieu atypique, chargé d'Histoire avec un grand H, mais aussi emprunt d'histoires personnelles, d'anecdotes et de secrets,
il est indéniable que Cordouan invite à la rêverie.

 

Entrez dans le Versailles des mers ! 

Dernier phare habité par ses gardiens, ces fins connaisseurs des lieux auront le plaisir de vous ouvrir les portes de ce que certains appellent le Versailles des mers! En effet, ce qui frappe à Cordouan, c'est la beauté de la pierre et la richesse des ornements, notamment dans la chapelle où on célébre parfois encore mariages et baptêmes.

Fiers de leur métier et amoureux de leur refuge, ils ont su me rendre curieuse et me faire aimer la magie des lieux.

J'ai aimé trainer dans la différentes salles, jouant avec l'impatience d'arriver en haut pour mieux savourer la vue qui m'attendait. J'ai adoré découvrir l'atmosphère de la vie dans un phare grâce aux récits de ses occupants.

Je suis repartie de Cordouan, ivre de vent et d'odeurs de la mer, la tête pleine d'histoires et d'images spectaculaires.

Pour mieux apprécier l'aventure, prendre avec soi :
  • Des chaussures qui peuvent aller dans l'eau
  • Un coupe vent
  • Des paires de jumelles
  • Les horaires des départs
  • De demander pourquoi le paradis des enfers
Et pour finir, pensez à partager vos plus beaux clichés avec les #UNESCORDOUAN ,
pour soutenir la candidature du Phare au classement Unesco !