Retour
BASILIQUE - 1
OT Médoc Atlantique
Distance : 1,5 km
Durée : 01:30
Indic Overlay Map
BASILIQUE - 1
Patrimoine Soulac - © Médoc Atlantique (70)
MELITA - 2
KER ANNA-3
SOLITUDE - 4
ERMITAGE - 5
VELLEDA - 6
ELMIRE - 7
GLYCINES  - 8
Boucle

Circuit des villas soulacaises

Soulac-sur-Mer connue pour sa basilique classée à l’UNESCO et son Village Ancien lui conférant l’appellation de « Ville aux 500 villas ». Ville côtière romaine, port fluvial anglais, sanctuaire religieux, ville étape sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle, Soulac trouve sa physionomie moderne au milieu du 19e siècle. Découvrez et voyagez en famille à travers le temps et à travers l’histoire de Soulac grâce à ce circuit.

Détails de la balade

  • Au départ de l'Office de Tourisme, tournez sur votre gauche en direction de l’esplanade Aliénor d’Aquitaine. Vous êtes face au parvis de la Basilique Notre-Dame de la Fin des Terres. Avancez-vous et admirez cet incroyable édifice. C'est probablement au XIème siècle, époque où les pèlerins de Saint-Jacques en provenance des terres anglaises débarquaient à Soulac, que fut bâtie cette abbaye bénédictine, classée Monument Historique. La construction de l'église romane ne s'est pas achevée avant le début du XIIème siècle. L'érosion dunaire provoqua au XVIIIème siècle l'ensablement quasi total de l'église qui ne fut déblayée qu'au milieu du XIXème siècle. Ce monument est inscrit au Patrimoine Mondial par l'UNESCO dans le cadre des chemins de Saint Jacques de Compostelle.
  • Ensuite, longez le versant droit de l’église en remontant la rue de la plage et prenez la première rue sur votre droite, la rue Joseph Lahens. Vous êtes dans le village ancien de Soulac sur mer. Construites à partir des années 1860, durant la belle époque, l’architecture ancienne et originale des villas est aujourd’hui protégée par une AVAP (aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine). Les propriétaires des villas ne peuvent pas faire les travaux qu’ils souhaitent sur leurs demeures. Les villas doivent respecter une certaine palette de couleurs dont le rouge, brun, beige, vert, jaune, gris, brique et orange. Toutes ces couleurs donnent un aspect très vivant au village ancien.
  • Marchez 250 mètres et regardez sur votre droite, vous arrivez devant la première villa de notre visite, une petite villa bleutée, nommée Mélita. Vous pouvez voir que cette petite villa a un plan symétrique puisque la porte d’entrée de couleur bleue est située au centre de celle-ci. La façade est constituée de briquettes de couleur rouge brune, et de pierres calcaires provenant de Charente. Vous pouvez apercevoir un cartouche bleu rappelant la charpente de cette même couleur inscrivant le nom de la villa, Melita, sur des carreaux en céramiques. Melita vient du grec ‘’Miel ‘’, désignant une personne réservée, discrète et timide. Remarquez au-dessus se trouvent deux cabochons bleus en forme de fleurs avec au cœur de cette fleur des cannelés rappelant la spécialité Bordelaise. Au-dessus de la petite fenêtre du premier étage, vous pouvez voir un épi, élément décoration, de couleur blanc, typique des villas soulacaises.
  • En face de Mélita, située à l’angle de la rue se tient la villa Ker-Anna, « Ker » signifiant « lieu habité » en Breton : la maison habitée par Anna. La luminosité de la villa Ker-Anna est l’une de ces caractéristiques : la pierre calcaire est dominante par rapport aux briquettes rouges. Elle est construite sur un plan symétrique et classique, avec au centre la porte d’entrée bleu nuit, et de chaque côté, deux fenêtres blanches. Au-dessus de la porte d’entrée, se trouve le cartouche vert pastel avec l’inscription Ker-Anna. Vous pouvez observer au-dessus de la porte un auvent vitré appelé « marquise ». Tout en haut, observez le pignon qui est orné d’une pièce en zinc, et d’une découpe de bois blanc avec quelques lambrequins, dessinant des formes. Enfin, remarquez aussi les 2 cheminées, et les épis de faitage en terre cuite sur les tuiles plates du toit.
  • Continuez ensuite votre route sur 40 mètres et tournez sur la droite, rue Ausone, puis prenez la première rue à gauche. Vous arrivez maintenant devant la Villa solitude qui se trouve directement à votre gauche. Cette villa possède une jolie palette de couleur sur les faïences. Elle est asymétrique et imposante. Il faut savoir que plus on avance vers l’océan, plus les villas sont grandes. Des petites fenêtres allongées sur la tour, permettent d’éclaircir l’intérieur. Enfin, admirez le toit de la tour de style Pagode et la toiture du corps principal de la villa qui est en pan coupé sous lequel est mis en relief le cartouche.
  • Continuez sur 30 mètres tout droit et vous apercevez la Villa Ermitage et son style bow-window. Epurée et contrastée, la villa Ermitage, fut construite en 1890 et sa dernière restauration date de 1995. Disposant d’un avant corps maçonné formant une véranda dont les fenêtres sont de style bow-window. Ici, la pierre est utilisée pour le chaînage d’angle, le soubassement, ainsi que pour la véranda. La charpente, les boiseries, ainsi que les fenêtres sont de couleur vert pastel qui contrastent avec la végétation située autour de la villa. La toiture de la villa forme un fronton triangulaire sur lequel se situe le cartouche vert pastel avec l’inscription ‘’Ermitage’’ de couleur brique. On retrouve sur ce cartouche de la végétation mais également des feuilles de couleur vert bouteille. ‘’Ermitage ‘’ signifie ‘’lieu isolé’’ : cette villa se retrouve en recul et protégée par la végétation.
  • Continuez dans cette rue, jusqu’à votre rencontre avec la villa Velleda sur la droite, une villa bicolore, avec une dominance de rouge et un contraste de blanc. Construite en 1909, durant la seconde période de construction des villas soulacaises, la villa Velleda fut édifiée sur un plan symétrique parfait. En effet, vous pouvez voir que la galerie couverte en bois blanc est au centre de la villa et que de part et d’autre se trouvent les fenêtres. Velléda est une villa soulacaise où la brique rouge domine et où la pierre calcaire n’est utilisée que pour le soubassement et les chaînages d’angles. La dominance des briques rouges fait contraste avec le blanc des boiseries. Cette villa est surmontée d’un fronton représentant la Grèce antique, ce symbole représentait la chance et la protection. Velleda fut une vierge prophétesse celte, son nom signifie ‘’celle qui voit’’.
  • Revenez sur vos pas, continuez tout droit, traversez le croisement, et regardez sur votre gauche… vous arrivez à la villa Elmire, un vrai bijou coloré ! La villa Elmire est une vraie palette de couleur : des couleurs chaudes comme des couleurs froides ! Cette imposante villa est une superposition de bande de briquettes rouges et de pierres calcaires blanches. Tout autour de celle-ci, vous pouvez voir une galerie bleue ciel qui rappelle les bandeaux et la charpente de cette même couleur. La fenêtre centrale de l’étage est entourée de faïences colorées. Du vert et du rouge représentent des formes géométriques. Sur le cartouche rouge situé au-dessus de la fenêtre est écrit le nom de la villa Elmire qui signifie ‘’célèbre’’. Nous pouvons observer de part et d’autre de la toiture de la villa, deux petites lucarnes symétriques. Enfin, vous pouvez remarquer qu’au sommet s’élève un épi de couleur bleu ciel. Cet élément architectural est typique des villas soulacaises.
  • Vous pouvez à présent continuer votre chemin de l’autre côté de la rue sur 20 mètres, pour retrouver les villas les Glycines et Mathilde les villas jumelles. Les 2 villas jumelles Mathilde et les Glycines furent construites en 1886 dans le lotissement crée par Edouard Lahens, président de la Compagnie des Chemins de Fer du Médoc. Elles sont voisines et à la composition presque identique. Toutes deux composées de trois travées, d’un avant corps d’entrée à pilastre et fronton, d’une galerie couverte, et de deux cheminées, elles ont une dominance de brique rouge et des boiseries peintes en blanches. Cependant quelques éléments permettent de les différencier : la villa les Glycines a un balcon ouvert tandis que Mathilde a seulement une ouverture avec un garde-corps, la clôture et le portail d’entrée sont également différents. La villa Mathilde fut édifiée en 1886 par François Lucien Augé, ingénieur à Bordeaux. Si vous observez l’arrière de la villa Mathilde, vous pouvez voir un petit balcon blanc en bois ouvragé aussi appelé moucharabié. La villa les Glycines, anciennement chasse pleen a été construite à la même époque par Jean-Marie Marital Beauté, Directeur de l’agence général Maritime de Bordeaux.
Vous allez adorer
  • Un circuit rapide et complet
  • Un retour dans le temps
  • Itinéraire facile et accessible à tous

Informations complémentaires

Partager

Retrouvez toute l'actualité de Médoc Atlantique sur les réseaux sociaux et soyez visible avec le #oceanesque !

Disponibilités

Informations à titre indicatif, à vérifier auprès du prestataire hébergeur.

  • Disponible
  • À vérifier
  • Complet / Fermé
Demande d'informations

Tenté ? Contactez le prestataire directement !

Circuit des villas soulacaises